43e session du conseil des ministres ACP-UE

Harmoniser les priorités des uns et des autres. L’idée est de redéfinir les bases d’un partenariat gagnant-gagnant. Les deux parties espèrent donc parvenir à un accord fort et équitable.

Le Premier ministre Komi Selom Klassou a présidé jeudi la cérémonie d’ouverture de la 43e session conjointe du conseil des ministres ACP-UE. 79 pays sont représentés ainsi que des officiels européens parmi lesquels le commissaire à la Coopération internationale et au Développement, Neven Mimica.

Cette rencontre intervient à trois mois de l’ouverture des négociations visant à donner une suite à l’Accord de Cotonou qui vient à échéance en 2020.

L’idée est de redéfinir les bases d’un partenariat gagnant-gagnant. 

Les deux parties espèrent parvenir à un accord fort et équitable.

‘L’objectif est d’amorcer ici et ensemble une vision prospective sur le nouveau départ des relations ACP-UE’, a déclaré le chef du gouvernement.

Si la réunion de Lomé n’est pas le point de départ des négociations, elle permettra aux pays ACP et à l’Union européenne de préciser les priorités : développement économique, climat, migration, sécurité … 

Constitués d’Etat originaires d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, les attentes et les besoins ne sont pas les mêmes pour tous. Aussi le Groupe ACP aura tout intérêt à harmoniser sa position avant d’entamer les discussions de fond.

Un groupe représentants 12 pays au niveau ministériel (Guyana, Jamaïque, Namibie, Samoa …) a été constitué pour engager les pourparlers avec l’UE. Il est dirigé par le Togo. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *